2022-10-06

Les enfants, coeurs de cible au coeur de la tourmente, protégeons-les !

Septembre est le mois, où les projecteurs sont braqués sur les enfants : l’école reprend et avec elle toute une organisation sociale et financière qui se prépare, depuis longtemps pour certains, seulement une quinzaine pour d’autres.
Dans cette organisation, on compte la famille bien sûr, mais aussi les personnels des établissements qui vont les accueillir tout au long de l’année, crèches, écoles-collèges-lycées, associations, clubs, structures de soins, etc. ; tout autant d’organismes de service public, où les enfants, ainsi séparés de leurs parents, se trouvent à la merci des bonnes intentions gouvernementales, particulièrement renforcées en cette rentrée, pour qu’AUCUN enfant, de 0 à …, ne puisse passer entre les mailles du filet des mesures dites « sanitaires ».
Certains parents pourraient ressentir quelqu’impuissance, découragement ou résignation face à cet apparent rouleau compresseur.

PARENTS, vous avez encore des DROITS pour protéger vos enfants !
Exercez-les en faisant prendre la mesure aux responsables  des conséquences de leurs actes (crimes contre l’humanité et génocide) au regard du code pénal, de la DDHC et du PIDESC toujours en vigueur actuellement.

2 outils juridiques permettant à vous, parents, de faire valoir vos droits pour instruire vos enfants en famille et pour les protéger des mesures dites « sanitaires »

Ces documents INFORMENT des droits parentaux et des droits fondamentaux efficients pour les « problématiques » que vous rencontrez avec vos enfants, ainsi que des risques encourus, s’ils venaient à être enfreints. Ils ne sauraient être interprétés autrement. Ils INFORMENT également du choix des parents, chaque partie prenant ses décisions non seulement en toute connaissance de cause, mais aussi et surtout en conscience.

C’est pourquoi ils se présentent sous la forme d’un avis déclaratif à envoyer en recommandé avec AR :

L’envoi en recommandé avec AR évite des recours devant les tribunaux administratifs en « annulation » des décisions prises. En effet, la responsabilité personnelle pénale des « responsables » étant engagée, il est difficilement imaginable qu’ils persistent dans leurs décisions. Certains le feront aveuglément, d’autres, tiraillés entre les risques encourus et la pression pour appliquer les directives ne répondront pas. Allez-vous quand même envoyer vos enfants dans les établissements ?

Plus d’informations dans :
l’émission du 2 septembre 2022 « Comment garder la liberté de l’instruction en famille ? »
« La liberté d’instruction en famille est constitutionnelle » par des professeurs de Droit (Assas/Capitole)
la note au Sénat du 23 mars 2021 par ces professeurs
l’alinéa 13 du préambule de la Constitution de 1946
les paragraphes 3 et 4 de la décision du Conseil d’Etat du 19 juillet 2017 

Retrouvez ces modèles d’avis
dans la rubrique Vos droits,
et bien d’autres encore

Print Friendly, PDF & Email