Structure du CNT

Le Conseil National de Transition de France est depuis l’origine composé de citoyens ordinaires, dont des juristes internationaux expérimentés, ayant conscience de l’urgence à agir.

Toute personne intègre et de bonne volonté peut en faire partie.

Certains, après tant d’efforts, se sont mis un peu en retrait, d’autres poursuivent maintenant en soutenant tous les mouvements de révolte au travers de ce Conseil National.

Déjà la liste initiale s’enrichit de nouveaux responsables issus de tous les mouvements, organismes, corporations… décidés à revendiquer le droit légitime de ce Conseil National de Transition. Certains d’entre eux sont aussi des leaders de mouvements citoyens…

Toutes les organisations régionales participent à la structure générale par des « Groupes de compétences » qui permettent à chacun de mettre son savoir au service de la communauté.

Pour rester dans ce symbolisme d’humanisme que nous avions lancé, nous conserverons l’emblème d’un rond vert, mais agrémenté, de la balance de la justice supportée par des lauriers indiquant que le peuple est bien le souverain de la nation, ou de la semeuse symbolisant depuis longtemps la France profonde.

Forts des nombreux citoyens qui nous ont rejoint depuis le 14 juillet, ce sera désormais au nom du Conseil National de Transition que seront entreprises les opérations visant à mobiliser tous les mouvements, tous les Français, pour participer à ce mouvement de revendication de nos droits légitimes tels que décrits par la “Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen” de 1789, fondatrice de la France moderne et plus haute autorité juridique de la constitution.

Membres, représentants et référents du CNT : l’organisation

Pour être efficiente, toute structure nécessite une organisation, donc une hiérarchie.

La structure présentée ici n’a rien à voir avec les commissions prévues pour gérer la France une fois celle-ci libérée des politiciens : il s’agit actuellement de faire connaître au plus grand nombre qu’il existe une solution valide juridiquement, socialement, économiquement et politiquement.

Concernant le CNT, la hiérarchie s’établit naturellement par la disponibilité, l’engagement, la connaissance et le savoir. Ces différents paramètres, sur fond d’humanisme et d’éthique, étant fluctuants, cette hiérarchie ne constitue pas une “autorité”, mais la meilleure coordination possible pour la meilleure efficience en vue du but commun : l’instauration d’un Conseil National de Transition, donc de la souveraineté du peuple en remplacement de celle de l’oligarchie actuelle.

Partout en France, les référents se distinguent donc principalement par leur mouvance et leur adaptation à l’utilité du moment. Messagers fédérateurs travaillant en équipe, qu’ils agissent au niveau régional, départemental ou local, ils représentent le lien dynamique et incontournable entre les membres, qu’ils soient actifs ou non, sur le terrain au contact de nos concitoyens ou dans des activités de support. De l’accueil du nouveau membre à la coordination des actions, ils assurent la fluidité des échanges.

Tous les membres, représentants et référents y compris, contribuent sur la base du volontariat. Ils sont donc tous bénévoles. Sans exception. Une manière (parmi tant d’autres) de conquérir, d’expérimenter, d’exprimer sa souveraineté et sa responsabilité personnelles, à la fois envers soi-même, et à la fois au service du bien commun.

Les structures actives du CNT s’entrecroisent et il est donc fréquent que les mêmes personnes participent à divers groupes ou activités distincts.

Diverses actions sont en cours, chacune disposant d’un groupe animateur et d’un coordonnateur : démarchages commerçants ; démarchages gendarmeries et commissariats ; Opération mégaphone ; micro-trottoirs ; Ronds verts ;  Ronds-verts auto-collants ; Pins ; journal ;  (Cliquer pour en savoir plus)

Défiler vers le haut